Les Z'Actus

Published on février 28th, 2018 | by FRBCN

0

La nouvelle génération de magiciens

À l’occasion de la venue du magicien français Roland Barthélémy à Barcelone, penchons nous sur cette nouvelle génération de prestidigitateurs et du phénomène qui les entoure.

« Le rôle du magicien est de faire rêver, de redonner aux gens quelque chose qui est perdu juste après l’enfance ; la capacité à s’émerveiller » disait Luc Langevin.

Des nombreux spectacles produits chaque année, aux films grand écran (L’illusionniste, Le prestige, Insaisissables, Magic in the Moonlight…) jusqu’aux shows télévisés (Diversion, The Illusionnists, Comme par magie…), la magie connaît depuis quelques années un regain d’intérêt auprès du public.
Or, comment aujourd’hui faire perdurer cet art de l’illusion dans une société ultra-connectée qui rend l’inexplicable explicable ?

 

Magic in the Moonlight. © Mars Distribution

 

S’adapter et évoluer

Avec Internet, les flux d’informations rendent disponibles en ligne une panoplie de tours, qui s’apprennent et se dévoilent, engendrant une nouvelle génération de magiciens.
Mais l’illusionniste, qui place le public au coeur de son art, vient lui aussi s’adapter aux mutations de son temps.

Depuis Robert-Houdin et Houdini (XIXème siècle), les chapeaux de forme et les queues de pie tombent pour laisser place à une magie plus moderne, qui préfère les objets du quotidien et s’intéresse au mentalisme (art de faire croire que l’artiste a le pouvoir de lire les pensées).

Avec les nouvelles technologies, la magie repousse ses limites et se réinvente ; les illusionnistes utilisent les objets de leur époque, des tablettes aux caméras, et les tours poussent davantage les illusions d’optique, s’intéressant aux nouvelles sciences physiques, technologiques et psychologiques. Ce dernier aspect, la psychologie appliquée, est davantage exploitée : on vient fausser les perceptions du spectateur, pour lui faire entrevoir un monde imaginaire.
Au même stade que le cinéma, la musique ou les arts visuels, la magie est un art à part entière. Mêlant technique, esthétique et mise en scène, le magicien met un point d’honneur sur sa présentation, proposant un spectacle qui, pour perdurer la fascination de son public, prend parfois la forme d’un véritable show.

Un regain d’intérêt pour la magie qui peut justement s’expliquer par le développement des nouvelles technologies, qui prennent plus de place dans nos vies. Le public témoigne d’un besoin croissant de réalité.

D’ailleurs, révéler « le truc, n’enlève rien au plaisir du tour », assurait Benoit Grenier, scénariste du célèbre David Copperfield. Cela ne coupe pas « l’envie du public » et aurait justement tendance à attiser sa curiosité.
Car alors, avec ces technologies, jusqu’où peut-on pousser la manipulation ?

 

Dynamo marche sur la Tamise. © Rosie Hallam

 

De la prestidigitation au close-up

Aujourd’hui la magie se compartimente en différentes branches, rendant son art attractif et favorisant l’émerveillement constant du public.
Outre la prestidigitation, on y compte le mentalisme, le close-up, la performance, l’évasion, mais aussi l’illusion de scène et la magie de rue.

À la fin des années 90, la magie de rue vient véritablement révolutionner l’art de l’illusionnisme, lui offrant un nouveau souffle. Le magicien se produit dans la rue, pour être en contact direct avec les spectateurs. Et la caméra, habituellement tournée vers lui, vient filmer les réactions du public en direct, donnant aussi plus de vraisemblance.
Avec David Blaine en tête de file, les prestidigitateurs surprennent par des performances hors- normes : David Copperfield fait disparaître la statue de la Liberté, Dynamo marche sur la Tamise, Barry and Stuart transforment des bâtons en serpents…

Le close-up, plus classique dans la forme, va souvent de paire avec l’art de rue. Il consiste à se produire au plus près du public, parfois à quelques centimètres de lui, en utilisant des objets du quotidien, comme des cartes, des pièces, des foulards…
S’il reste populaire, c’est parce qu’il fait participer le spectateur, rendant l’expérience personnelle.
C’est aussi justement par cette proximité, qui fascine et dépasse le public : la maladresse y est bien plus perceptible et chaque détail compte.

Cet art, c’est celui que pratique depuis dix ans Roland Barthélémy ; un artiste polyvalent, virtuose en la matière. Officiant à quelques centimètres du public, parfois dans ses mains, la magie de Roland Barthélémy est vivante, drôle et aime se jouer de ses spectateurs. Des disparitions d’objets, aux tours de cartes jusqu’au pickpocketisme, Roland Barthélémy fait preuve d’habilité et de dextérité.

Le 9 Mars, il sera présent sur la scène du Club à Barcelone, pour un spectacle original qui n’aura pas fini d’étonner.

Tags: , , ,


About the Author



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de Page ↑
  • El Tiempo

    Partiellement nuageux
    samedi
    Partiellement nuageux
    Nuageux
    Demain
    Nuageux
    Risque de pluie
    Lundi
    Risque de pluie
  • El Facebook

  • mapetiteepicerie
  • PUB elfestival
  • frenchbisPB